Laila Ouachi répond à nos questionsssdsqqdqs

Laila Ouachi répond à nos questions

Sahraoui a atteint sa vitesse de croisière, quels objectifs escomptez-vous à travers cet événement ?

Nous avons trois objectifs ! D’abord celui de faire connaître Dakhla encore plus et de la faire rayonner sur un plan international, touristique et solidaire. La deuxième des choses, c’est une ouverture sur l’Afrique. Cette diversité à la fois culturelle et identitaire est importante.
Toutes ces femmes du monde se retrouvent autour d’un seul et même principe : le dépassement de soi et la solidarité. Et donc c’est une chose qui est extrêmement riche culturellement, et tellement importante.
Et puis, il y a les dons que nous apportons aux associations. C’est une donne importante qui fait l’essence même de cet événement.

Comment l’organisation de Sahraouiya évolue-t-elle au fil des ans ?

Il faut savoir que c’est un événement sur lequel on travaille toute l’année. Les six derniers mois, la cadence est plus intense encore car il faut d’abord voir les partenaires. On a des discussions, il faut les préparer. Il faut aussi recruter les filles, leur expliquer comment cela se passe en organisant des journées de formations et des week-ends de préparation.
Nous sommes dans les provinces du Sud, donc on se déplace entre Laayoune, Guelmim et Dakhla. Nous faisons des formations pendant trois jours avec les associations. On sélectionne les participantes, ensuite on les prépare… il y a tout un travail qui se fait avec les partenaires, les participants, les réseaux… que nous avons. On dispose d’une grande communication sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui on s’est ouvert sur l’Afrique et sur l’Europe. Donc on évolue mais ça demande du temps. On était à une centaine d’inscrites. Certes on recevra un peu moins parce qu’il y en a qui n’ont pas trouvé de sponsor, mais elles se sont déjà inscrites pour l’année prochaine. Les inscriptions sont d’ailleurs déjà ouvertes.

Qu’est-ce qui différencie cette sixième édition de la précédente ?

On a de plus en plus de personnes influentes qui participent. C’est ce qui fait la différence. Nous avons surtout des femmes de haut vol sportif intéressées qui viennent, aujourd’hui, parce qu’elles ont entendu parler de Dakhla et de Sahraouiya. Et puis on a aussi des partenaires financiers qui nous aident de plus en plus. Donc voilà ! Il y a une pérennisation de l’événement et aussi un apport financier pour les associations qui est considérable et qui leur permet de concrétiser leurs projets. Et c’est l’une de mes plus belles fierté.