Dakhla dimanche 05 décembre 2021 Inscription à la newsletter

Recherche

Dakhla : Lancement de la première session des travaux de «l’Africa Business Days ».

La grande salle de la wilaya de Dakhla Oued Eddahab était le théâtre du lancement de la  première session du forum économique « Africa business days – Dakhla Round », qui vise à développer les investissements et les échanges commerciaux entre les pays africains et à accélérer l’intégration économique régionale. Organisé à l’initiative du Conseil régional de Dakhla-Oued Eddahab, en partenariat avec la Chambre Africaine de Commerce et de Services et le Centre Régional d’Investissement d’Investissements de Dakhla. Cette édition qui célèbre la République de Gambie en tant qu’invitée d’honneur, tend à créer  un espace de rencontre dynamique et riche en contenus entre les acteurs économiques marocains, africains et étrangers, et à promouvoir le pragmatisme commercial et l’intégration économique et de développement conjointe dans la coopération Sud-Sud. Dans un discours prononcé à cette occasion, l’ambassadeur directeur général de l’Agence marocaine de la coopération internationale, Mohamed Mithqal, a appelé à établir des modèles de développement global et durable au profit du continent africain, fondés sur des logiques de cohérence, d’intégration, de responsabilité et de  solidarité.

Dans ce contexte, ajoute Mithqal, le Maroc, en partenariat avec plusieurs pays africains, a mis en place de grands projets régionaux et stratégiques, notant que ces projets incarnent, par leur portée ambitieuse et leur impact social et économique profond, un modèle innovant et pionnier de coopération Sud-Sud  pour une croissance durable et inclusive.

Il a affirmé que, grâce à la vision lancée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, appelant à la mise en place d’une coopération solidaire entre les pays du Sud, une véritable dynamique nationale s’est instaurée depuis plus de vingt ans, incluant à la fois le secteur public, le secteur privé, la société civile et toutes les forces vives du pays afin de contribuer à l’émergence d’une Afrique forte.

Pour sa part, l’Ambassadrice  de la République de Gambie à Rabat,  Madame Savi Loy Sisay, a indiqué que le nombre croissant de pays d’Afrique et des Caraïbes, qui ont ouvert leurs représentations consulaires à Dakhla, doit être considéré comme un signe de confiance dans la stabilité de la région et les grandes opportunités qu’elle offre.

Cette session de l’ « Africa business days – Dakhla Round » qui s’est déroulée en présence du Wali de la Région, ambitionne de valoriser les qualifications de la région Dakhla-Oued Eddahab comme point d’entrée et pôle pour l’Afrique, capable de présenter les opportunités d’investissement qu’elle offre aux investisseurs, dans le but de les aider à améliorer leur développement dans la région.

La RAM étudie la possibilité de lancer Dakhla-Marseille

Après le grand succès de la ligne  Dakhla-Paris lancée pendant  le mois de juillet dernier, la Royal Air Maroc (RAM) envisage  l’extension de ses prestations à travers le lancement  d’une nouvelle ligne Dakhla Marseille. Une nouvelle ligne   qui contribuera, sans aucun doute  au rayonnement international  grandissant de la perle du sud marocain au grand plaisir des opérateurs touristiques locaux, d’une part et des nombreux touristes européens passionnés par les sports de glisse et amateurs d’un dépaysement total.
En effet, cette nouvelle  route aérienne qui reliera  Dakhla au vieux  continent  donnera une forte impulsion à l’activité touristique l’un des piliers de l’économie de la région de Dakhla-Oued Eddahab.

 Dans le cadre de l’étude effectuée par la  RAM pour  le lancement de cette  nouvelle connexion entre ce joyau du Sud marocain et la ville de Marseille, capitale du Sud de la France, la compagnie nationale marocaine  a mandaté l’agence de voyages Ocean Nomad Travel, spécialisée dans la glisse et le kitesurf, pour sonder la région du Sud français  et étudier la possibilité de lancer  un vol direct Marseille-Dakhla.

Cette nouvelle ligne sera la deuxième du genre reliant Dakhla à une métropole française  et la troisième qui la relie  au continent européen si on tient compte de la  ligne Dakhla-Las Palmas de Grande Canarie. Elle  permettra de renforcer le positionnement économique stratégique de la région de Dakhla Oued-Eddahab et  contribuera  à accélérer la relance du secteur touristique sur une destination qui connaît un essor remarquable. Si, la RAM  relie  aujourd’hui directement Dakhla  à Paris, avec un tarif compétitif c’est grâce à une  convention de partenariat entre la RAM et l’Office national marocain du tourisme.

Dakhla: 11éme championnat mondial de Kite Surf Prince Moulay El Hassan du 27 au 31octobre à Dakhla

Organisé sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, et placé sous l’égide de la World Sailing Fédération (WSF), la  11éme édition du championnat mondial de Kit surf «Prince Moulay El Hassan GKA Kite-Surf World Tour Dakhla 2021» sera organisé du 27 au 31 octobre avec la participation des meilleurs riders  du monde. Cette manifestation sportive internationale, initiée par l’Association «Lagon Dakhla pour le développement du sport et l’animation culturelle» et le Global Kitesports Association (GKA) réunira les meilleurs riders issus de plus de 20 pays des quatre continents.

Cette étape qui est décisive permettra aux têtes d’affiche des plus importantes compétitions de kit surf de s’illustrer pour remporter le titre «the rider of the year» dans le spot de Foum Labouir.

Cet évènement sportif a pour ambition de redynamiser la promotion touristique de Dakhla-Oued Eddahab, de renforcer l’image de Dakhla en tant que destination sûre, d’autant plus que la région s’est distinguée comme l’une des zones les moins touchées par la pandémie au niveau national, indiquent les organisateurs.

En 11 ans, plus de 600 riders de haut niveau représentant 40 pays des quatre coins du monde se sont retrouvés pour partager et découvrir la dizaine de sites adaptés aux pratiques de la glisse en mer, en eaux plates ou sur les vagues.

A l’initiatives des organisateurs de nombreuses activités sportives, ludiques et de sensibilisation à l’environnement sont également programmées au profit des jeunes et des enfants de la région, avec l’organisation d’opérations de nettoyage de la plage, ainsi que des sessions d’initiation au Kitesurf animées par des riders et des moniteurs spécialisés.

Le championnat est devenu aujourd’hui un label de la région de Dakhla, offrira une compétition de haut niveau indique les organisateurs.

Interview de M Mounir Houari, Directeur général du Centre régional d’investissement de la région de Dakhla-Oued Ed-Dahab.

Question : Comment l’ouverture d’un consulat américain à vocation économique à Dakhla va-t-elle contribuer au repositionnement de la Région de Dakhla Oued Eddahab dans la carte économique de l’Afrique ?

Mounir Houari : Nous nous réjouissant de cet évènement et cette importante décision. D’ailleurs, nous ressentons déjà son impact au niveau du CRI et la confiance que cette décision inspire auprès des investisseurs. Également, un bon nombre d’investisseurs locaux et étrangers ont activé leurs démarches de prospection et évaluation des opportunités d’investissement dans la Région. Par railleur cette décision américaine de la reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur ses provinces du Sud, incitera les investisseurs américains à se mobiliser fortement car cela constitue pour eux un gage de confiance et de sécurité. Elle favorisera aussi l’ouverture et l’accessibilité aux instruments de financement américain. Par ailleurs, elle va permettre aux banques et aux fonds d’investissement américains d’effectuer des levées de fonds, de façon à accompagner des projets qui se réalisent dans les provinces du Sud.

A titre d’illustration, lors de notre accompagnement d’un investisseur américain pour la mise en place d’un parc éolien de 900 mégawatts, qui va permettre d’alimenter un data center utilisant la technologie de la blockchain, la reconnaissance américaine a permis à l’investisseur l’accès au financement aux Etats-Unis

Question : Quels sont les efforts du CRI DOE pour faciliter l’acte d’investir ?

Mounir Houari : La réforme qu’ont connu les CRI a touché le fond des problématiques liées au climat d’investissement au Maroc. Consacrée par la loi 47-18, aujourd’hui, au CRI, nous savons qui fait quoi ? quand ? et comment ? Cette réforme est venue suite au Discours du Trône de Sa Majesté le Roi Mohammed 6 du 29/07/2018dans lequel il a reproché aux CRI de ne pas être facilitateurs et catalyseurs pour les investissements comme veut leur raison d’être depuis 2002 selon la lettre royale du 9 janvier 2002.

La nouvelle configuration du CRI, permet un accompagnement du projet dans toutes ses phases par un service habilité, avec tous les mécanismes nécessaires pour ce faire.

L’organigramme actuel des CRI se composede deux pôles : Le premier est le pôle « maison de l’investisseur » et qui se charge à travers ses 9 services d’accompagner l’investisseur dans la mise en place de son projet sur la plateforme CRI-Invest.ma, qui est aujourd’hui le canal digital unique pour le dépôt et suivi de dossiers d’investissements. Ce pôle accompagne également l’investisseur dans l’octroi de ses actes administratifs en assurant à sa place toutes les démarches auprès des administrations. Dans ce sens, j’invite toute personne, ayant l’idée d’un projet en tête, de se rendre dans nos locaux pour en discuter avec un de nos cadres.

La plateforme CRI-Invest a permis une dématérialisation totale du processus d’investissement, ce qui a permis de gagner des points sur plusieurs volets qui étais problématiques à un passé proche, notamment : La transparence dans les documents demandés pour chaque procédure, les délais qui sont passés de 128 jours à 28 jours seulement pour la production de l’acte lié à une procédure …

Le deuxième pôle étant celui de « l’impulsion et offre territorial » intervient en amont pour justement préparer le terrain à l’investisseur potentiel et être un canal fluide entre l’investisseur « curieux » et le pôle maison de l’investisseur. Et c’est là où se concentre la grande majorité des efforts du CRI Dakhla Oued Eddahab. Les éléments de l’offre territoriale sont en train de se créer, en harmonie avec le contexte régional, comme par exemple : La coordination avec les administrations qui devient très fluide, chose qui facilite le passage d’un dossier en CRUI (Commission Régionale Unifiée d’Investissement), le rapprochement des lauréats des écoles de la Région et leur rétention avec des actions d’accompagnement soit pour la mise en place de leurs propres projets ou bien leur insertion dans des sociétés de la Région, l’organisation des weekends de prospection à travers lesquels nous recevons chaque dernier weekend du  mois un échantillon trié d’investisseurs intéressés par la Région de Dakhla Oued Eddahab et on leurs prévoit un programme adapté B2B qui permet des rencontres avec toutes les parties prenantes y compris les Directeurs des administrations, la création d’une plateforme Digitale DakhlaConnect.Com qui permet une rencontre B2B entre les sociétés actives dans la Région et qui sont représentées sous forme d’une cartographie manipulable avec un module recherche très développé, la collecte de statistiques auprès des autres administrations et la production d’études macroéconomiques au profit des investisseurs …

Question : Quels sont les atouts et les contraintes existantes dans la région de Dakhla-Oued Ed-Dahab ?

Mounir Houari : Le développement régional s’est fait de façon progressive sur plusieurs années. Le coup d’accélérateur a été le lancement par S.M le RoiMohammed 6du nouveau modèle de développement des provinces du Sud. Parmi les atouts majeurs de la région, il y a lieu de citer la position géographique. Ce qui confère à cette partie de notre pays la stature de hub pour le continent africain. Il subsiste également plusieurs atouts dans différents secteurs, notamment celui de la pêche qui est une branche prédominantedans le PIB régional. A l’échelle de la région, il existe à la fois une réelle stratégie et une forte volonté de mettre l’accent sur la valorisation des produits de la mer. L’ambition étant d’aller plus loin dans la maximisation de la valorisation en la matière. Ce qui permet une réelle progression dans la chaîne de valeurs. Aujourd’hui, la région Dakhla-Oued Ed-Dahab affiche un grand potentiel dans le domaine de l’aquaculture grâce au lancement en 2015de plusieurs projets relatifs, entre autres à l’élevage des huitres et des algues. L’aquaculture et la pêche sont autant de secteurs pourvoyeurs de beaucoup d’emplois régionaux. Dans le même temps, ces branches d’activité sont susceptibles de susciter une vocation entrepreneuriale auprès des jeunes de la région.

En ce qui concerne les contraintes que présente la Région de Dakhla Oued Eddahab, elles ne sortent pas de l’ordinaire.

Mais il est bien de souligner que cette Région présente un climat d’affaires relativement maîtrisable et permet une gestion de risques plus rationnelle que sur d’autres Régions.

Le CRI essai à travers des actions de faire face à certaines contraintes comme par exemple celles liées au foncier, l’accélération de la mise en œuvre des zones d’accélération économiques, la montée en compétences et la disponibilité de la main d’œuvre qualifiée …

Question : Quelle appréciation faites-vous des projets structurants projetés et ceux en cours de réalisation ?

Mounir Houari : Il faut tout d’abord saluer l’effort qui a été réalisé par l’État en termes d’investissement, s’agissant des infrastructures sous l’égide et le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Le développement de la région, qui ne date pas d’hier, se poursuit. L’infrastructure est un élément déterminant pour encourager et attirer de nouveaux investisseurs. Dans cette perspective, les chantiers des voies expresses Tiznit-Laâyoune et Tiznit-Dakhla avancent à un rythme soutenu. Autre projet important ayant trait au secteur de l’agriculture, c‘est celui du dessalement de l’eau de mer alimentée par un parc éolien qui est en phase d’autorisation et de signature de convention d’investissement avec l’État. Ajoutez-y le grand projet du nouveau port Dakhla Atlantique, sachant qu’une zone industrielle et logistique de plus de 1000 hectares y sera annexée, sans compter la mise en chantier de zones logistiques au niveau de BirGandouz et du poste frontalier d’El Guergarat. D’autres projets sont en cours de développement, notamment dans le secteur de l’aquaculture. Souvenez-vous de ce projet qui a été dévoilé devant Sa Majesté le Roi Mohammed VI courant 2015 et qui concerne la création de 500 projets liés, entre autres, à l’élevage des huîtres, des ormeaux, des algues… Il faut souligner que la région Dakhla-Oued Eddahab abrite 80% des projets aquacoles à l’échelle nationale. Donc, autant de secteurs et de créneaux de développement assez diversifiés qui vont permettre à la région d’être une plaque tournante et de jouer un rôle de hub vers le continent africain.

Ces projets feront de Dakhla un vrai hub vers l’Afrique.

Mon appréciation ne peut être que positive, sous réserve d’aboutissement de ces projets dits structurants. 

Q : Quels sont les efforts déployés par le CRI pour accompagner les jeunes porteurs de projets ?

Mounir Houari: La nouvelle loi 47-18 a doté les CRI de plusieurs prérogatives. Aujourd’hui, les TPE et PME constituent une priorité pour le CRI de la région de Dakhla-Oued Ed-Dahab. Nous accompagnons plusieurs TPE et PME locales dans le cadre du programme Intelaka, quiest une réponse aux difficultés d’accès des entreprises au financement. Le CRI a conclu différents partenariats avec les experts-comptables, l’ENCG-D et l’Apebi dans l’optique de renforcer les compétences des entrepreneurs dans des domaines utiles pour la gestion d’entreprise. Plusieurs séances de formation ont été organisées au profit des entrepreneurs, qui doivent être en mesure de présenter des projets bancables aux établissements bancaires impliqués dans le Programme Intelaka. Avec nos différents partenaires, nous nous penchons également sur la mise en place d’une banque de projets innovants. Ces derniers doivent être l’émanation d’une analyse approfondie de l’écosystème régional, appelé à évoluer avec l’arrivée des projets structurants.

Concrètement, le CRI organise des journées portes ouvertes, pour différentes cibles. Organise des Formations et Workshops régulièrement avec ses partenaires, notamment avec : Le cabinet JE.Austin, L’Anapec, l’Offpt, l’ordre des experts comptables …

A l’occasion de la journée mondiale de la femme, un programme Women’Invest a été lancé et qui consiste à accompagner des femmes porteuses de projets depuis la phase idéation jusqu’au financement.

Ainsi que des investisseurs qui font appel à nos services d’accompagnement de façon individuelle et qu’on accompagne sur leurs projets.

Question : Selon vous,sur quoi faut-il travailler pour attirer les investisseurs nationaux et internationaux dans la région ?

Mounir Houari: A mon sens, il est crucial de travailler sur la chaîne de valeur des secteurs porteurs de la région. Par exemple, pour ce qui est de la pêche, une bonne partie des produits de la mer est congelée et expédiée à l’étranger sans transformation. D’où l’existence d’un réel potentiel à explorer dans le domaine de la valorisation des produits halieutiques à l’échelle régionale. Pour certains segments de la chaîne de valeur du secteur de la pêche, plusieurs produits utilisés par les acteurs locaux continuent d’être importés (Par exemple : textile professionnel). Inverser cette donne nécessite la priorisationde l’intégration verticale en créant des «business cases». Dans le domaine de la conserverie de poissons, l’on note également que les boîtes de conserve sont toujours importées. Cette situation crée des opportunités d’investissement à l’échelle régionale pour la branche de fabrication des boîtes de conserve. Le secteur de l’agriculture et celui de l’aquaculture pourront également offrir beaucoup d’opportunités d’investissement dans le secteur industriel.

Salah Boucif : Argoub connaîtra une transformation totale

A l’occasion de sa cinquième réélection à la tête de la commune d’Argoub, Dakhla Spot Online(DSO) a rendu visite à Monsieur Salah Boucif qui a bien voulu répondre, en exclusivité,  à nos questions. Nous lui en sommes reconnaissants et lui exprimons nos sincères remerciements.

DSO : Permettez-nous, avant de commencer notre entretien de vous exprimer nos félicitons les plus sincères et nos meilleurs vœux de réussite dans la tâche qui vous attend.

Monsieur le Président quelle stratégie envisagez-vous d’adopter pour la réalisation d’un programme de développement à la hauteur des aspirations de vos électeurs ?

Salah Boucif : Merci. Avant de répondre à votre question, je voudrais, d’abord, exprimer mes chaleureux remerciements aux pionniers du développement du tourisme, non seulement dans la commune d’Argoub, mais dans toute la région de Dakhla.  Ils ont relevé les défis alors qu’il y avait peu d’infrastructure.

Pour revenir  à votre question,  je pense qu’avec tous les chantiers sur l’étude desquels nous nous penchons les membres du bureau et moi et qui concernent le port Dakhla-Atlantique, l’agriculture, la pêche, le tourisme, l’énergie éolienne, etc… avec tous ces chantiers, la commune changera complètement de visage au grand bonheur des populations. Ce à quoi nous travaillons avec nos partenaires : La Wilaya, le CRI, le Conseil de la  région, entre autres.

DSO : La réalisation de ces grands projets que vous avez cités nécessite une importante  main d’œuvre, ce qui implique  des  infrastructures et surtout des logements. Comment comptez-vous vous y prendre ?

S.B. : Pour ce qui est des logements, nous avons 1.000  habitations en phase très avancée de réalisation à Taourta. En plus du secteur privé qui est en pleine expansion, à l’instar de Sakane Charq et autres. Nous avons également une convention avec la société Oumrane Al-Janoub qui doit viabiliser une superficie de 80 hectares dont une partie sera destinée à Bâtir une ville modèle . Il y a des lotissements au PK 40 qui doivent être viabilisés et qui  permettront de bâtir des cités capables d’accueillir la main d’œuvre dont tous ces chantiers auront besoin.

DSO:   Quels sont les partenaires sur lesquels vous comptez pour le financement et la réalisation de ces projets importants et coûteux ?

S.B. : Nous sommes ouverts et souhaitons la bienvenue à tout partenaire éventuel, sachant qu’Argoub, de par sa situation géographique sur la route nationale n°1, son potentiel économique et les encouragements et la priorité que lui accordent les autorités aura un important rôle à jouer, tant sur le plan régional et local que sur le plan de la sous-région.

Sa Majesté le Roi Mohamed VI primé par Centre européen pour la paix et la résolution des conflits

Le  Centre européen pour la paix et la résolution des conflits a décidé d’attribuer le prix 2021 au nom de  Jean Jaurès,  à Sa Majesté le Roi Mohamed VI pour Sa contribution à l’édification d’une société de justice et de paix entre les hommes et les nations, Ses actions très louables en faveur de la promotion du développement de l’Afrique à travers Sa diplomatie économique, sécuritaire, humanitaire, culturelle et spirituelle .

Ce prix pour lequel Notre Roi a été élu  parmi  plus de 700 postulants,   porte le nom de l’homme politique français Jean Jaurès, qui a fondé le journal l’Humanité et qui fut assassiné pour son pacifisme en refusant de participer à l première guerre mondiale.

Le Centre européen pour la paix et la résolution des conflits a indiqué que parmi les raisons qui ont motivé le choix du souverain marocain,  figure également le taux historique de participation aux élections du 08 septembre, le retour du Maroc au sein de l’Union africaine, l’ouverture de l’Observatoire africain des Migrations au Maroc, les réalisations relatives à la lutte anti-Covid, les initiatives en réponse à la question environnementale en Afrique, le rapprochement avec Israël, ou encore la main tendue à l’Algérie.

Rappelons que « Le Centre européen pour la paix et la résolution des conflits » est une organisation non gouvernementale européenne œuvrant dans le domaine de la paix et de la stabilité, trouvant des solutions aux conflits et réduisant les tensions dans les zones de conflit et de guerre.

3ÈME ÉDITION DU B2B KITE SUMMIT

MAROC, DAKHLA 24-28 SEPTEMBRE 2021

Sommet européen des entrepreneurs Kite-Surfers 250 participants.

MAROC, DAKHLA 24-28 SEPTEMBRE 2021

Faisant partie des destinations touristiques mondiales des sports d’exceptions (kite-surf wing- foil..), Dakhla accueille pour la troisième fois consécutive le B2B kite summit avec la participation de plus de 250 entreprises.

En partenariat avec le groupe Dakhla Attitude, 250 entrepreneurs se retrouveront pendant 3 jours à Dakhla; pour parler business, stratégie, construire des partenariats et identifier de nouveaux marchés.

Le sommet européen se déroulera conformément aux exigences sanitaires et sécuritaires exigés par les autorités sous la conjoncture actuelle liée au Covid-19.

Le B2B kite summit est un accélérateur de rencontres et d’innovation avec beaucoup d’intervenants, d’athlètes et d’entrepreneurs de renommée internationale. Cet événement est une plateforme qui permet de mettre en avant les atouts du Maroc, et le développement de la région Dakhla Oued Ed-Dahab.

le B2B s’étale sur 4 jours avec au programme du Kite-surf, du networking, des débats, des keynotes et des soirées spéciales, mettant encore une fois Dakhla sur le devant de la scène par rapport à son coté business (MICE) et surtout sport et détente.

Dakhla restera et continuera à être un atout majeur pour le développement économique et touristique de la région.

Dakhla : Elections Régionales et Communales

Après avoir scellé une alliance, les partis ayant obtenu la majorité lors des élections du 08 Septembre, à l’Istiqlal et le RNI ont convenu, pour sauvegarder la cohésion et les intérêts de la région et par consensus d’attribuer la présidence du conseil de la Région au chef de file de l’Istiqlal et celle de la commune territoriale de Dakhla aux Rnistes.

Ainsi, et de manière inédite, l’Istiqlalien  Khattat Yanja rempile après avoir étéélu par 29  voix, trois abstentions et un absent.

Une fois élu,  le  président présenta son bureau dont la composition est la suivante :

Président : Khattat Yanja – PI
1er Vice-Président : M’Barek Hammya – RNI
2ème Vice-Président : Hormatolla Mohamed Lamine
3ème Vice-Président : Battal Lambarki  – PI
4ème Vice-Président : M’haidar Noureddine – PI
5ème Vice-Président : Lamina Maâyif – PI
6ème Vice-Président : Atika Arroubâ – RNI

Secrétaire Aâmar du Parti Constitutionnel, secondé par Aïcha Soued de l’Istiqlal.

S’agissant de la municipalité de Dakhla, la présidence a été attribuée de manière inédite et par consensus à Raghab Hormatolla qui a obtenu 33 voix pour, une abstention et une absence.

Après son élection, le nouveau président a désigné les membres de son bureau dont la composition est la suivante :

Président : Horamtolla Raghab
1er Vice-Président : Jiba Malaïnine
2ème Vice-Président : Hammady Ahmed Salem
3ème Vice-Président : Dayani  Mohamed    
4ème Vice-Président : Aissa Battah
5ème Vice-Président : Khadijatou Labaihi
6ème Vice-Président : Zeinab El-Kori 
7ème Vice-Président : Ahmed Hammaya

Secrétaire du Conseil : Fatima M’Hamdi Bent Mohamed Lafdil secondée par Nezha Nouqra

Rappelons que les deux séances se déroulées en présence des représentants des autorités et de l’ensemble des membres élus de chacun des deux conseils.

La direction et le staff de Dakhla Spot Online saisissent cette occasion pour féliciter les membres des deux conseils et leur souhaiter plein succès dans les taches qui les attendent pour un meilleur avenir de notre région et  le bien-être de ses habitants 

Des hommes d’affaires polonais prospectent les opportunités d’investissement à Dakhla

Après une escale à  Laayoune,  l’importante délégation d’hommes d’affaires polonais a poursuivi sa mission économique en vue de  prospecter les opportunités d’investissement dans les provinces du Sud du Royaume.  Ainsi, les investisseurs polonais ont atterri à  Dakhla, perle du sud où ils ont tenu une réunion avec le Wali de la Région, M. Lamine Ben Omar entouré de   ses principaux collaborateurs,   du Directeur Général du CRI et des  responsables des services extérieurs.  Après la présentation de la région par le Wali, les investisseurs polonais se sont rendus au Centre Régional d’Investissements  dont le directeur Général, M. Mounir Houari leur a fait un exposé détaillé sur les différents secteurs d’activités économiques. 

Suite à quoi, les dirigeants  des firmes polonaises de renommée internationale ont visité  la zone industrielle et les  différents grands projets structurants  de la ville avant de se rendre à l’hôtel « La Crique  où  ils ont tenu des réunions B2B  avec des hommes d’affaires locaux ce qui  a permis aux  deux parties  de faire le point, chacune  sur son secteur d’activités

Organisée par l’ambassade du Maroc à Varsovie, en collaboration avec les Centres régionaux d’investissements (CRI) des provinces du sud, cette mission économique dont la dernière  étape était Dakhla, perle  du Sahara marocain qui connait un grand essor économique et qui offre des opportunités exceptionnelles d’investissement, était l’occasion pour les visiteurs de prospecter les opportunités d’investissements dans cette ville.

A noter que les membres de la délégation représentent des entreprises actives dans les secteurs de la fabrication de solutions d’éclairage professionnelles, la technologie de fabrication d’hélicoptères ultralégers à multiples usages. Leurs secteurs d’activité comprennent également l’industrie sanitaire et agricole, la production de poteaux électriques, d’éclairage et de télécommunication, la production de bornes de recharge pour voitures électriques, la fabrication d’équipements et de matériels de lutte contre les incendies et la production des conteneurs spécialisées pour le marché militaire et civil.

Les hommes d’affaires polonais venus   explorer les provinces du sud et s’informer  sur  les efforts de développements consentis par le Maroc aux niveaux national et régional, notamment  dans ces provinces du sud, et de constater de visu  les efforts déployés à travers un certain nombre de projets d’infrastructures réalisés dans différents secteurs, en particulier dans les régions.

Les visiteurs ont exprimé leur étonnement et leur surprise admirative  devant le degré de développement que connaissent ces provinces qui ont jailli du désert. Souhaitant contribuer à leur dynamique économique en saisissant les différentes opportunités d’investissements.

En marge de ces rencontres, Dakhla Spot Online a rencontré M. Abderrahim Athmoune, Ambassadeur de Sa Majesté en Pologne et initiateur de cette visite. Nous le remercions d’avoir voulu répondre à nos questions.

D.S.O. : Monsieur l’Ambassadeur, Pouvez-vous nous parler de cette délégation et des objectifs de sa visite ? Est-ce une coïncidence que la visite se déroule au moment des élections dont nous vivons encore le climat ?

Abderrahim Atmoun : Nous avons travaillé pendant plusieurs mois sur la préparation de cette mission, au niveau de l’ambassade du royaume à Varsovie. Elle devait se dérouler au mois de mai passé, mais la pandémie qui touche le monde  entier nous a obligés à  la reporter  jusqu’à cette date.

D.S.O. : Pourquoi  le choix de Dakhla ?

A.A. : Le 7 avril dernier, l’ambassade du Maroc à Varsovie a organisé  une réunion virtuelle avec de grandes entreprises polonaises très intéressées pour investir dans les provinces du sud. Ces sociétés dont certaines sont des multinationales (FlyArgo, LUG, Alumast, EV Charge, Ogniochron, EMER), qui ont participé à la rencontre par visioconférence, ont signé un document qui les engage à investir à Dakhla et à Laayoune.

Visite éclair du Galactic Sir Richard Branson

Après avoir été le premier civil à faire une virée dans l’espace, Sir Richard Branson, fondateur du Virgin Group, s’est rendu à Dakhla après une virée à Marrakech.

Arrivé dans son Jet privée pour une visite de 24H, il a été accueilli par Mr. le Wali de la région Dakhla – Oued Ed-Dahab, Mr. Lamine Ben Omar dans sa résidence.

Sir Branson, accompagné de ses amis, s’est rendu sur différents sites de la région afin d’évaluer les possibilités d’investissement à Dakhla, particulièrement dans l’hôtellerie et le Kitesurf.

Pour mémoire, Sir Branson est propriétaire de L’île Necker située dans les Îles Vierges anglaises où il s’adonne à son sport favori le kitesurf avec ses amis et invités de marque notamment le dernier en date l’ancien Président Barack Obama.

Sir Richard s’est après rendu a l’hôtel Ocean vagabond pour déjeuner puis a réalisé un downwind en kitesurf jusqu’à la Dune Blanche durant 1h30.

Il a fini sa journée à l’hôtel Dakhla Attitude où il a dîné et a passé une soirée tranquille avec ses proches et invités.

Sir Richard a été subjugué par Dakhla et sa région, il reviendra pour faire du kitesurf et certainement investir, nous confie-t-il.